JOAN LAMOTE DE GRIGNON I BOCQUET   (1872-1949)

 [English] [Castellano] [Catal�]
 Sur Lamote de Grignon:  Biographie:  Enfance et premi�res �tudes  Dynamisme de jeunesse et mariage  R�pertoires vari�s  La Fanfare Municipale et l'�cole Municipale de Musique de Barcelone  L'Orchestre Symphonique de Barcelone  Un fait tr�s important  La Fanfare Municipale, seconde �tape  Richard Strauss � Barcelone  Une tache que m�me l'�clat de la guerre ne peut pas arr�ter  L'Orchestre Municipale de Val�ncia  Derni�res activit�s � son retour � Barcelone
 Oeuvre Musique pour orchestre  Musique pour orchestre et voix  Lieder et chansons  Musique sc�nique   Voix et piano   Transcriptions pour Fanfare
 Sources et information additionnelle:  Bibliographie   Autres Musiciens Art Nouveau Catalans 
 
Oeuvre:

Musique pour orchestre:
-Scherzo sur un th�me populaire (La filadora) (La fileuse 1897)
-M�dona, po
�me symphonique (1899)
-R�v�rie, schumani
enne pour violoncelle et orchestre (1901)
-Solidari
t� des fleurs, sardane (1907)
-Hisp�nicas II: Catalogne, suite (1913)
-Chants populaires espagnols (1914)
-Hisp�nicas I: Andalousie, suite (1924)
-Th�me et variations pour contrebasse et orchestre (ca.1946)

Musique pour orchestre et voix:
-La Nit de Nadal, oratoire (La nuit de No�l 1902)
-Poema rom�ntich (C�ntich d'Amor i de Dolor), (Po�me romantique (Chant d'amour et de Douleur)) pour baryton et orchestre

Lieder et chansons:
-Deux chansons de Contraluz (Contre-jour 1898)
-Fun�railles (1898)
-L'�ngel de la son (
L'�nge du someil 1898)
-Melodi
es (1898-1907) (Quelques unes non complet�es et autres o� nous y trouvons seulement des indications des partitions) 
-Sis can�ons de Violetes (
Six chansons de violetes 1901-1904)
-�ntima (Intime 1904-1907)
-Tr
ois po�mes pour soprano et orchestre (1904-na.1924)
-Quan jo ja ser� mort (
Quand je serais mort 1905)
-Prec de Madonna Elisenda (Pri�re de Madonna Elisenda 1906-1907)
-Oraci� de merc�s (
Pri�re de merci 1914)
-Ros ton cabell, blau ton vestit (Blonds tes cheveux, bleu ton v�tement ?)
-Uns llavis molls de la fresca rosada (Des l�vres humides de la fra�che ros�e ?)

Musique sc�nique:
Op�ra
-Imogina, Tableau dramatique (1894)
-L'Angelo,
Sc�ne por baryton et orchestre (1899)
-Hesperia (1906)
Musique Lyrique
-En todas partes cuecen habas o La romer�a del santo (Le p�lerinage du saint 1895)
-Pares y nones (
Pairs et impairs 1895)
-Soledad: Act
e 1 (Solitude 1895)
-Las siete palabras (
Les sept paroles 1896)
-Los antrop�fagos (
Les anthropophages 1896)
-La Perla del Avapi�s,{sic} (
La perle du Avapi�s ?)
-Un mill�n (
Un milion ?) Inachev�e

Voix et piano:
-Chansons catalanes (1896-1897)
-Violet
as (Violettes 1901-1904)
-Passioneres (1901-1906)
-Rec
ueil d'oeuvres pour voix et piano (1904-1907) Beaucoup d'elles innachev�es. Frequemment il s'agit de transcriptions de lieder pour voix et orchestre.

Transcriptions pour Fanfare:
-De compositions de divers auteurs, d'Alb�niz � Weber, en passant par des compositions du m�me Lamote.


 

 


 

 

Portrait de Joan Lamote de Grignon

Biographie:

Enfance et premi�res �tudes:
Il na�t � Barcelone le 7 juillet 1872. Ses parents, d'origine fran�aise, sont Llu�s Lamote de Grignon i Lebiay et Elena Bocquet.
Tr�s t�t apr�s sa naissance, sa famille se d�place � la ville de Tortosa, o� ils poss�daient des propri�t�s, raison par laquelle Joan a obtenu le titre de Baccalaur�at l'Institut de Tarragone en 1887. En m�me temps il commence ses �tudes musicales de la main de Josep Abarcat, mais � cause de son tr�s fort int�ret pour la musique, il se d�place � Barcelone et il s'inscrit au Conservatoire de l'Op�ra - Liceu de Barcelone -, qui �tait ce temps l�, le seul dans la ville.
L� il a connu Antoni Nicolau, qui a �t� son ma�tre de composition, ainsi que T. G�ell, Gabriel Balart (violon) et B. Tintor� (piano). Il se fait remarquer par sa perfection dans l'interpr�tation de cet instrument et au bout d'un certain temps il est nomm� successivement professeur de piano (1890) et par la suite professeur de solf�ge sup�rieur, auxiliaire d'harmonie et responsable d'ensemble instrumental au m�me Conservatoire du Liceu.

Dynamisme de jeunesse et mariage:
Parall�lement � ces �v�nements, il se marie avec Florentine Ribas i Mallol le 31 juillet 1893 qui lui donne un seul fils, Ricard, n� le 23 septembre 1899 et qui �tait destin� � collaborer avec son p�re comme continuateur de sa t�che, sp�cialement dans la direction orchestrale. Il est connu que son nom a �t� choisi � cause de l'admiration de son P�re vers Richard Wagner. Pendant cette p�riode, pourvu que l'activit� concert�stique le lui permette, il se consacre � la composition. C'est l'�poque de la Gavote en re majeur, Six chansons catalanes, Imogina et L'Angelo, certaines d'elles jou�es pour la premi�re fois au Th��tre Lyrique.
Le changement de si�cle nous pr�sente un Joan dynamique avec la maturit� n�cessaire pour la composition des oeuvres les plus ambitieuses. Les oeuvres suivantes appartiennent � cette �poque: le po�me symphonique M�dona (jou� pour la premi�re fois au th��tre du Liceu le 22 mars 1900), l'oratoire la Nit de Nadal (la Nuit de No�l 1902) et le po�me lyrique Hesperia ('Op�ra (Barcelone) le 25 janvier 1907.
L'ann�e 1902 il s'est pr�sent� pour la premi�re fois comme directeur d'orchestre, choisi par l'Association Musicale de Barcelone, (qui lui avait d�j� accord� pr�c�demment le premier prix au "Ier. Concours Musical de Barcelone"), en dirigeant un orchestre non titulaire au sens actuel, puisque les musiciens �taient engag�s seulement pour un nombre d�termin� de concerts, mais qui � son tour constituait une tribune artistique id�ale pour tester les dons du jeune Lamote.
� l'avant de cet orchestre il a non seulement atteint un grand prestige qui lui a permis d'�tre connu par le grand public. Il a fait conna�tre des oeuvres de styles et de compositeurs tr�s diff�rents, il s'est approch� aussi bien � des interpr�tes nationaux comme des �trangers, en cr�ant une atmosph�re inexistente jusqu'� alors et, en d�finitive, il a collabor� r�veiller de mani�re permanente l'int�r�t pour la musique.
Dans cette t�che il a �t� aid� par des pianistes comme Grenus, Malats, Faur�, Saint-Sa�ns, Bataille ; violonistes comme Heermann, Thibaud, Man�n, Massi, violoncellistes comme Casals et beaucoup de d'autres.

Repertoires vari�s:
Si on analyse les oeuvres interpr�t�es dans cette p�riode, nous trouvons des cantates de Bach, des concerts de H�ndel, Le Christ au mont des Oliviers et la premi�re audition de la Messe solemnis de Beethoven (interpr�t�e selon coutume de l'�poque divis�e en trois concerts), l'oratoire Les B�atitudes de Csar Franck, la premi�re audition de Catal�nia d'Alb�niz, des s�lections symphoniques d'oeuvres de Wagner (avec la pr�sence pour cet �v�nement de Sigfried Wagner, fils du compositeur)... Dans cet aspect Lamote contribue � la consolidation du r�pertoire classique et contemporain, en accordant � son action un �quilibre entre art et p�dagogie, ce qui a �t� une caract�ristique de toute sa vie.

La Fanfare Municipale et l'�cole Municipale de Musique de Barcelone:
Le maire R�us i Taulet a cr�� 1886 des corps fixes de personnel pour la Fanfare Municipale de Barcelone, qui jusqu'alors fonctionnait de la m�me mani�re que nous avons expliqu�e pour les orchestres, avec des contrats par saison, dans une tentative de consolider l'organisme et d'aboutir � une maturit� et une r�gularit� dans ses activit�s.
Les 60 professeurs initiaux ont �t� mis sous la direction de Josep Rodoreda i Santig�s. La Mairie a aussi cr�� l'�cole Municipale de Musique en vue de former de bons professionnels pour l'ensemble, de telle sorte que les deux institutions soient attach�es comme un �l�ment p�dagogique indispensable, donc le m�me Rodoreda �tait le responsable des deux organismes.
Tous les d�buts sont difficiles et en d�pit de
son d�vouement indiscutable, Rodoreda ne parvenait pas � s'imposer devant l'indiscipline et la n�gligence de beaucoup de musiciens. Ceci, uni � l'autre responsabilit� de direction de l'�cole lui a fait pr�senter sa r�signation (1896). Dans un d�sir tacite d'�viter le vide de pouvoir la r�signation de Rodoreda est devenue effective la fois que la nomination d'Antoni Nicolau, homme de grand prestige musical et avec les dons de fermet� et d'organisation n�cessaires pour en finir avec la crise.
Nicolau a �t� prioritairement consacr� � la direction de l'�cole Municipale de Musique et il a charg� la direction effective de la Fanfare � Celest� Sadurn� i Gurgu�, jusqu'alors � sous-directeur, avec le titre de Musicien Majeur. Nicolau s'est r�serv�e la direction juridique de l'institution. Sadurn� a fait une t�che exceptionnelle, qui a restitu� le cr�dit artistique et des citoyens de la Fanfare, jusqu'� son d�c�s (1910).
La disponibilit� de la place annonc�e, Joan Lamote s'est pr�sent� comme candidat � la fois que d'autres musiciens mais le jury - qui �tait form par le directeur de l'�cole Antoni Nicolau, Lluis Millet et Eusebi Daniel - n'a eu aucun doute, et s'est montr� � l'unanimit�  favorable � Lamote. Ceci malgr� que certains conseillers municipaux et des disputes entre certains �l�ments du monde musical du moment.
En d�pit
de sa valeur et au fait d'avoir �t� choisi par un jury d'experts, l'opposition municipale est parvenue � s'imposer devant la logique artistique et apr�s des actions turbulentes, des documents, des contredocuments, des influences et des menaces, le conseiller Jaussens a forc� la r�alisation d'une nouvelle votation pour le candidat par lui propos�, Teodoro San Jos�. Le fait est que le r�sultat final du vote a �t� de dix-huit en faveur et onze en contre, et par cons�quent San Jos�, fut �lu le nouveau directeur de la Fanfare.

L'Orchestre Symphonique de Barcelone:
L'�v�nement a laiss� Lamote tr�s d��u, parce que dans sa t�te bouillaient une quantit� de projets pour la Fanfare, qui �taient maintenant impossibles ou, au moins,  devaient attendre longtemps. Mais le d�couragement n'a pas trop dur�, puisque tr�s t�t il a d�cid� de fonder un orchestre, en disposant de l'aide de l'Association Musicale de Barcelone et de l'exp�rience qu'il avait obtenue comme directeur gr�ce � la confiance de cet organisme. L'Association a favorablement r�agi � sa proposition et l'a soutenue imm�diatement. Ceci � un tel point, que la pr�sentation officielle de la nouvelle Orchestre Simf�nica de Barcelone a eu lieu le 13 novembre 1910 au Palau de la M�sica Catalana, inaugur� deux ann�es plus t�t. Le crit�re pour la programmation des concerts a �t� la m�me que celui qu'il a �labor� pour l'Orchestre de l'Association, c'est � dire, la recherche d'un public fid�le, la consolidation d'un r�pertoire et la volont� d'�duquer musicalement.
� cette �poque le public barcelonais �tait relativement nouveau dans le r�pertoire symphonique, bien que pendant la premi�re d�cennie du XX�me., d'importants ensembles musicaux et artistes qualifi�s de renomm�e reconnue y �taient d�j� pass�s. Quelques exemples de ces ensembles sont: l'Orchestre Filham�nica de Berlin dirig�e par Arthur Nikisch (1901) et par Richard Strauss (1908), l'Orchestre des Concerts Lamoreux de Paris par Camille Ch�villard (1902 et 1905), la Symphonique de Madrid par E.Fern�ndez Arb�s (1909 et 1910), et solistes de piano comme Joaquim Nin, Raoul Lutte, Joaquim Malats, Isaac Alb�niz, Alfred Cortot, Enric Granados, Ignaz Paderewsky; de violon comme Mathieu Crickboom, Joan Man�n, Hugo Heermann, Eug�ne Ysa�e, Jacques Thibaud, et le violoncelliste Pau Casals, ces deux derniers tr�s fr�quemment.
Lamote d�veloppa une importante t�che dans la pr�sentation de compositeurs d�butants du pays, que le public barcelonais ne connaissait pas � ce moment la ou son oeuvre ne faisait pas partie du r�pertoire avec l'assiduit� d�sirable. Cette initiative a �t� appel�e "Premi�re Manifestation Symphonique d'Auteurs Ib�riens". Parall�lement � la t�che interminable de directeur et aux essais pour perfectionner son OSB, il n'a pas abandonn� le versant de compositeur, bien que ce qui le rendrait plus c�l�bre fut la popularit� qu'il a obtenu comme directeur d'orchestre.
Il ne s'est pas seulement limit� � la ville de Barcelone, car dans cette premi�re �tape, de de 1910 � 1916, on a fait des concerts dans beaucoup de capitales et d'importantes villes de la Catalogne, en outre, une consid�rable quantit� de concerts se sont donn�s en Espagne. Jusqu'� un total de soixante-trois concerts � des villes comme Tarragone, Girona, Sabadell, Terrassa, Reus, Manresa, Tortosa et Val�ncia; � Bilbao et Saint-S�bastien au Pays Basque et � Madrid, Saragosse, Grenade, etc. en Espagne, ce qui a fait dire � Oriol Martorell que l'OSB avait �t� "une des formations symphoniques catalanes les plus voyageuses".
Les concerts ont �t� donn�s principalement au Palais de la Musique Catalane, en des cycles courts, comme les 6 concerts pendant la Car�me et les 4 concerts en automne, outre des �v�nements ponctuels, comme la premi�re de la Messe en Si mineur de J. S Bach, avec l'Orfe� Catal� et Albert Schweitzer � l'orgue et les concerts � b�n�fice du Temple de la Sainte Famille de Gaud�, ou au b�n�fice de la construction du monument � Jacint Verdaguer.

Un fait tr�s important:
Le 18 mai 1914, une r�solution gouvernementale, a d�clar�e nulle la d�cision municipale du 4 ao�t 1910, � cause de quoi Joan Lamote de Grignon ne put pas acc�der � la direction de la Fanfare Municipale. Le maire Joan Pich i Pon lui a rendu � nouveau au bout de quatre ann�es ce qu'il avait gagn� par des m�rites propres. Depuis lors la principale pr�occupation de Lamote a �t� � nouveau la Fanfare, mais sans n�gliger l'OSB, bien que les d�placements se sont presque compl�tement interrompus. Le ma�tre ayant pr�f�r� de consacrer l'ensemble aux concerts populaires, principalement pour le public de Barcelone.
Cependant, progressivement et � la suite de ce fait, l'Association n'�tait pas tr�s d'accord avec cette accumulation de travail et la vieille alliance avec le ma�tre est commenc�e � s'affaiblir jusqu'au point que en f�vrier 1922, apr�s avoir gratuitement offert le concert n� 200 de l'OSB � la place de Sant Jaume de Barcelone, l'Association a interrompu sa collaboration �conomique ce qui a emmen� de graves probl�mes pour la continuit� de l'organisme. Depuis lors seulement �taient disponibles les recettes obtenues du guichet ce qui �tait tout � fait insuffisant. En d�pit de ceci, Lamote au milieu de toute sorte de difficult�s, a r�sist� un certain temps. Sa pers�v�rance pour �viter les �cueils, son habilet� pour r�soudre avec intelligence des situations difficiles, les r�organisations des cycles, etc., lui ont permis de continuer avec l'orchestre, mais au prix de r�duire chaque fois plus le nombre de concerts qui pouvaient �tre offerts. Les derniers qu'a offerts l'OSB seraient donn�s au Th��tre Eldorado le 13 avril 1924 et encore un autre � l'Olympia de Barcelone le 11 janvier 1925, ce dernier dirig� par C. Slavinski d'Agreneff.
Beaucoup de consid�rations ont �t� faites sur l'influence qu'aurait eu dans toute cette affaire le fait que en 1920 Pau Casals fond�t l'Orchestre qui portait son nom. Certainement, celle-ci a eu depuis le premier moment une solidit� �conomique et artistique que d'autres institutions barcelonaises de ce temps n'avaient pas. Le prestige que partout dans le monde avait obtenu son fondateur comme virtuose du violoncelle, la quantit� de musiciens qu'il y avait � Barcelone � cette �poque, insuffisant pour compl�ter les personnels des cinq orchestres du moment et les meilleures conditions de travail et �conomiques, ont fait que aussi bien les musiciens comme les institutions de la ville se soient d�cant�es vers l'Orchestre du ma�tre du Vendrell (Pau Casals).
Malgr� tout les relations entre eux deux seraient toujours bonnes et ne se sont pas ressenties en raison de ces faits. Lamote a �t� appel� plusieurs fois � diriger l'Orchestre Pau Casals et � une occasion ce dernier a jou� la partie de violoncelle soliste de l'oeuvre Andalousie dans un concert d'hommage en juin 1929, dirig� par le m�me auteur et compl�tement form� par des oeuvres de Lamote.

La Fanfare Municipale , seconde �tape:
Lamote avait consid�r� depuis le premier moment que la Fanfare Municipale de Barcelone devait �tre renouvel�e pour lui enlever les vices et la mani�re routini�re qu'elle tra�nait, t�che qu'il voulait d�j� r�aliser depuis 1910 au moment qu'il avait pr�sent� sa candidature manqu�e.
Peut-�tre les m�mes mots du ma�tre extraits d'une conf�rence lue � l'Institut Fran�ais de Barcelone en mai 1935 nous r�sument et nous clarifient la position dans laquelle il s'est trouv� en renon�ant � l'OSB. "...une fois l'Orchestre Simf�nica de Barcelone r�duite au silence, il m'a �t� n�cessaire de trouver le milieu de continuer, en l'intensifiant, ce que je consid�rais comme un devoir in�luctable : l'�ducation artistique de notre peuple. Et la fin de l'Orchestre Simf�nica a donn� naissance � l'Orchestre d'Instruments de Vent. Si avec la premi�re il fallait attendre que le peuple vienne � nos concerts, avec la deuxi�me, je peux apporter les concerts au peuple ".
Outre les r�formes internes des diff�rents blocs instrumentaux comme fonds, il est aussi entr� dans le terrain de la forme, comme est le fait que les auditions traditionnelles de la Fanfare les dimanches matin, qui �taient faits au carrefour de la Gran Via avec le Passeig de Gr�cia, seraient transf�r�s � des endroits plus ad�quats, comme par exemple la Place del Rei ou la Place de Sant Jaume quand ils �taient en plein air, ou au Palais des Beaux Arts dans un local ferm�. En effet, l'espace plus r�duit donnait une option � entendre mieux les nuances de la formation, qui pouvaient facilement passer inaper�us dans un espace tr�s ouvert comme celui que l'on utilisait pr�c�demment.

Richard Strauss � Barcelone:
En mars 1925 Richard Strauss se trouvait � Barcelone, pour diriger une s�rie de concerts dans la Saison de Car�me du Th��tre du Liceu et le 15 on a pu �couter la Place du Roi la version transcrite pour la Fanfare faite par le ma�tre Llu�s Oliva, de son po�me symphonique Mort et transfiguration. Surpris par la qualit� de la version, il a demand� de pouvoir diriger l'ensemble, demande qui a �t� imm�diatement accept�e comme un grand honneur.
L'audition a eu lieu le matin du 19 la Place de Sant Jaume, qui avait plus de capacit� pour accueillir davantage de public. Le succ�s a �t� impressionant. Le maire qui �tait alors le Baron de Viver a demand� Richard Strauss de saluer depuis le balcon de la Mairie la multitude enthousiasm�e. Mais ceci n'est pas tout. Le compositeur autrichien a manifest� le d�sir de porter la Fanfare en Allemagne pour la faire servir comme mod�le pour d'autres ensembles, ce qui d�montre la qualit� de la t�che faite par Lamote et son Orchestre d'Instruments de Vent.
Et c'est ainsi que en ao�t 1927 dans le cadre de l'Exposition Internationale de Francfort, qu'avec le titre "
Die Musik im Leben des V�lker" il a eu lieu du 20 au 28, Strauss a dirig le dernier concert de la Fanfare, en interpr�tant son po�me symphonique Don Juan, suivant la transcription de Joan Lamote. La Fanfare a fait aussi des concerts aux villes de Wiesbaden, Bad Nabhein, Stuttgart, Gen�ve et Lyon.

Une tache que m�me l'�clat de la guerre ne peut pas arr�ter:
Nous nous trouvons � l'�poque d'une plus grande f�condit� du ma�tre, dans laquelle, il est partout admir�, il voit que lentement comme r�sultat de son effort il est reconnu chaque fois plus par le monde musical et par le public fid�le aux auditions comme un des meilleurs repr�sentants de la culture populaire du moment. Et quand nous disons populaire nous ne parlons d'oeuvres plus ou moins "faciles", qui s'associent traditionnellement aux fanfares si nombreuses dans notre g�ographie.
Perspicacement, sagement, il a progressivement renouvel� le r�pertoire jusqu'� faire conna�tre un ensemble de pi�ces qui, gr�ce � sa transcription tr�s reusie pour fanfare, il est parvenu � rendre populaires. Il manquerait seulement chercher dans les hemeroteques et consulter les programmes des concerts pour le confirmer.
Nous citons comme points d'int�r�t la participation fondamentale l'Exposition Internationale de Barcelone de l'ann�e 1929, dans laquelle il a dirig� de nombreux concerts extraordinaires, comme un fait de cette importance r�clamait.
Nous soulignons aussi le voyage quil a fait avec Robert Gerhard � Amsterdam en 1933 et � Prague en 1935, pour d�fenser la participation de Barcelone au XIV Festival de la SIMC (Societ� Internationale de la Musique Contemporaine). Nnotre candidature faisait face � celle de Berlin. L'objectif a �t� atteint et la semaine du 18 au 25 avril 1936, la ville s'est transform�e en point d'int�r�t mondial de la musique.
C'est juste reconnaitre que l'av�nement de la r�publique en avril 1931 a permis d'accorder au pays un r�gime de libert�s et de projection mondiales inconnus jusqu'� alors, permetant une dinamisation sans pr�c�dent de la vie culturelle.
Apr�s les Journ�es Internationales du mois d'avril, il a continu� � diriger les concerts populaires jusqu'au dernier de la saison le 9 juillet, mais l'�clat de la guerre a interrompu l'activit� musicale barcelonaise.
L'Orchestre Pau Casals a cess� son activit�. La Fanfare Municipale a �t� la seule institution qui r�guli�rement suivait sa t�che. Pendant le cours de la guerre, il ne doutait pas � se d�placer la o� la situation sociale et patriotique le demandait.
Les concerts ont diminu� les ann�es 1937 et 1938 quand les bombardements faisaient des massacres d'innocents civils et beaucoup de gens, ceux qui avaient un lieu plus s�r, s'�loignaient de la capitale vers les villages pour les �viter.

L'Orchestre Municipale de Val�ncia:
Avec le nouveau r�gime - la dictature franquiste - au pouvoir, l'heure �tait arriv�e des vengeances et des repr�sailles. Un rapport dat� en juin 1939 et sans signer, accusait ignominiosement Joan Lamote de Grignon et son fils Ricard, d'avoir r�alis� une s�rie d'actions infamantes, qui ont comport� l'ouverture d'un dossier d'�puration par collaboration avec l'ennemi. Ce rapport r�dig�, dans un style direct, vexatoire et vindicatif, clairement �loign� des formules juridiques, portait l'empreinte visible d'une revanche personnelle. Histoire triste, puisque la Mairie de Barcelone, qui aurait put corriger l'offense, s'est limit�econfirmer la destitution dans la s�ance pl�ni�re du 29 ao�t et avait pr�c�demment nomm� un "directeur accidentel", Ramon Bonell i Chanut.
� partir de ce moment, nous avons � faire avec un homme de 67 ans abattu, dsorient, en souffrant comme beaucoup d'autres concitoyens et intellectuels le long calvaire de l'infamie. P�re et fils qui avaient tant travaill� pour un monde musical ideal, ont pass� une longue p�riode de silence � cause de la folie des temps qui couraient.
Mais des mains amicales ont ouvert le chemin.
Val�ncia, comme ailleurs, la qualit� de Lamote �tait connue et sa Mairie a voulu fonder un orchestre, ce pourquoi il a �t� appel� en d�cembre 1942. Il a seulement mis une condition, que son fils devait �tre le sous-directeur. Il a ainsi �t�, (malgr� que dans la liste de candidats Josep Manuel Izquierdo le pr�c�dait) et le mois suivant les essais ont d�j� commenc� pour l'admission de musiciens.
C'est ainsi que le public de Val�ncia a pu jouir de tout le bagage d'une personnalit� au moment le plus important que sa maturit� humaine et artistique (il �tait ag� de 71 ans) en dirigeant une formation pens�e et structur�e personnellement comme ses ch�res OSB et Fanfare Municipales de Barcelona.
Son fils Ricard a aussi dirig� dans cette grande �tape nombre de concerts,
Le fils de Joan Lamote, Ricard Lamote de Grignon i Ribasen �tant les deux connus et admir�s au moins par le public qu'allait �couter l'Orchestre Symphonique de Val�ncia, puisque malheureusement il existait un versant de rancoeur et d'envie en rapport avec des �l�ments sectoriels fid�les � la volont� politique du moment. Il n'�tait pas ainsi la Mairie, o� il jouissait d'un environnement favorable surtout du cot� du maire Juan Antonio G�mez Tr�nor, comte de Tr�nor et le Conseiller municipal Mart�n Dom�nguez Barber�.
Pendant ces cinq ann�es de travail
Val�ncia, sa femme Florentina Ribas est morte le 4 d�cembre 1944 . Deux ann�es plus tard il refait � nouveau sa vie, en se mariant avec Marcela Llevar�n i Paulin, ancienne collaboratrice aux t�ches administratives de la Fanfare Municipale de Barcelone.
� la fin du contrat la Mairie lui a offert la possibilit� de le renouveler, mais il l'a refus�
e, car il avait besoin d'une p�riode de repos. Il �tait alors ag� de 75 ans. Son fils Ricard a accept� de continuer avec les t�ches de sous-directeur, avec le ma�tre Hans von Benda. On lui a renouvel� le contrat pour une nouvelle p�riode de quatre ans en mars 1948, avec une clause de renoncement volontaire de chacune des deux parts pendant les six premiers mois. Le fait est que tr�s rapidement, le 25 ao�t de la m�me ann�e la S�ance pl�ni�re de la Mairie de Val�ncia a r�sili� le contrat � Ricard Lamote, sans consultation pr�alable � l'autorit� politique, musicale, ni, �videmment demander l'avis de l'int�ress�.

Derni�res activit�s � son retour � Barcelone:
La ville �tait � ces moments, humaine et musicalement, une ombre du pass�. Un peu partout on respirait les �troitesses et les angoisses du pr�sent et la peur du futur. La crainte et la peur de dire en haute voix ce qu'on pensait, faisait partie de la vie des citoyens; o� �tait la splendeur culturelle pr�c�dente?. Malgr� tout, il s'agissait de sa ville et il fallait y faire face.
Lamote a trouv� une autre fois la lueur d'espoir n�cessaire pour suivre et il a pris part au Ier. "Stage d'instrumentation pour cobla" (petit orchestre de vent et percussion pour interpr�tation de musique populaire catalane), organis� par "l'Institution Musicale Juli Garreta". Il s'agissait d'une initiative tr�s os�e pour l'�poque - avec la puissante persecution contre toute manifestation de la culture catalane -, comme on peut d�duire de la discr�tion avec laquelle les sept le�ons � charge de Joaquim Serra ont �t� r�alis�es (six au London Club, Avenue Gran Via, 615 et une au Foment de les Arts Decoratives (Soci�t� d'Encouragement des Arts D�coratifs),  dans la coupole du Coliseum � Barcelone), mais qui repr�sentaient un support pour l'identit� catalane. Comme conclusion Lamote a d�velopp� une dissertation sur le sujet "les possibilit�s futures des instruments de place et de la cobla".
Barcelone avait cr�� son "Orchestre Municipale", que dirigeait Eduard Toldr�, musicien de grande valeur. Bien que le dossier de sanction de 1939 ait �t� sursu en f�vrier 1943, il �tait impensable pour lui de diriger � ce moment-l�, quand les rancunes �taient encore �videntes et la douleur des blessures de la guerre �tait encore tr�s vive, sp�cialement contre les vaincus.
Il a d� �tre avec un autre orchestre, la Filharm�nica cr��e par C�sar Mendoza Lasalle, o� il a rencontr� � nouveau la chaleur du Palau de la Musique de Barcelone et � beaucoup des musiciens qui avaient collabor� avec lui, et qui avaient jou� ou l'Orchestre Pau Casals ou l'OSB. Avec eux le 27 f�vrier 1949 il a dirig� son dernier concert, Alicia de Larrocha jouant comme soliste au piano. Par impossibilit� physique, il n'a pas pu diriger un nouveau concert avec la Neuvi�me Symphonie de Beethoven qui avait �t� annonc�e pour quelques jours plus tard.
Il est mort � Barcelone le 11 mars 1949. Le silence des institutions a d�not� une ingratitude incompr�hensible envers une personne qui s'�tait livr�e en corps et �me avec tant de noblesse et d�vouement � l'am�lioration musicale de la ville. Mais le peuple de Barcelone et touts les professionnels de la musique rendirent un hommage silencieux au vieil ma�tre, en accompagnant ses restes.
La m�me ann�e, six mois plus tard mourait Richard Strauss, qui a cru en lui. Cette ann�e la mort a fait passer � la post�rit� deux grands musiciens.

 
Texte de Ricard Comas i Figueras

Photographies publi�es sous l'autorisation de l'Acad�mie Marshall de Barcelone

 

Bibliographie sp�cifique sur Joan Lamote de Grignon

Titre Auteur Publi� par Ann�e
La Banda Municipal de Barcelona. 1886-1944 Almacellas i D�ez, Josep Maria Arxiu Municipal de Barceona, 2006
125 anys de la Banda Municipal de BArcelona Almacellas i D�ez, Josep Maria Quaderns de l'Auditori (Q11), Barcelona 2010
La m�sica i el Modernisme Avi�oa, Xos� Biblioteca de cultura catalana. Barcelona 1985

Joan Lamote de Grignon

Bonastre i Bertran, Francesc Generalitat de Catalunya i Edicions Proa
La Banda Municipal de Barcelona. Cent anys de m�sica ciutadana Bonastre i Bertran, Francesc Barcelona 1989

La M�sica "Oficial" de la Ciudad de Barcelona. Apuntes para la historia de la Banda Municipal

Caball� Clos, T. Barcelona 1946
Historia de la m�sica contempor�nea valenciana Climent, J. Valencia 1978
Barcelona filarm�nica. La evoluci�n musical de 1875 a 1925 Lama�a, L. Elzeviriana i Libr. Cam�, S.A.. Barcelona 1927
La m�sica a Catalunya Lamote de Grignon Confer�ncia mecanografiada ca.1937. Arxiu Sra. Empar Ranch, Valencia. ca. 1937
Musique et musiciens fran�ais a Barcelone, musique et musiciens catalans � Paris Lamote de Grignon Confer�ncia mecanografiada, llegida a l'Institut Franc�s de Barcelona el 9-5-1935 1935
Quasi un segle de simfonisme a Barcelona. Vol I: De l�orquestra Pau Casals a l'Orquestra Ciutat de Barcelona Martorell, Oriol Barcelona 1995
S�ntesi hist�rica de la m�sica catalana Martorell, Oriol i Valls Manel Els llibres de la frontera. Sant Cugat del V.

Hist�ria de la M�sica Catalana

Valls, M. Editorial T�ber. Barcelona 1969
 

Autres Musiciens Art Nouveau Catalans

Isaac ALB�NIZ i Pascual  Enric GRANADOS i Campi�a  Joan LAMOTE DE GRIGNON i Bocquet  Antoni Laporta i Astort  APEL�LES MESTRES i O��s  Llu�s MILLET i Pag�s  Enric MORERA i Viura  Antoni NICOLAU i Parera  Jaume Pahissa i Jo  Felip Pedrell i Sabat�  Josep Ribas i Gabriel  Amadeu Vives i Roig 
 

Monter

<Pr�c�dente

Suivante>

Accueil